Buveurs de vent - BOUYSSE Franck

Couverture Buveurs de vent

Ils sont quatre, nés au Gour Noir, cette vallée coupée du monde, perdue au milieu des montagnes. Ils sont quatre, frères et soeur, soudés par un indéfectible lien. Marc d'abord, qui ne cesse de lire en cachette.
Matthieu, qui entend penser les arbres.
Puis Mabel, à la beauté sauvage.
Et Luc, l'enfant tragique, qui sait parler aux grenouilles, aux cerfs et aux oiseaux, et caresse le rêve d'être un jour l'un des leurs.
Tous travaillent, comme leur père, leur grand-père avant eux et la ville entière, pour le propriétaire de la centrale, des carrières et du barrage, Joyce le tyran, l'animal à sang froid...
Dans une langue somptueuse et magnétique, Franck Bouysse, l'auteur de Né d'aucune femme, nous emporte au coeur de la légende du Gour Noir, et signe un roman aux allures de parabole sur la puissance de la nature et la promesse de  l'insoumission.

Biographie de l'auteur
  
Franck Bouysse, né en 1965, est un écrivain français, auteur notamment de romans policiers.
Après des études de biologie, il s’installe à Limoges pour enseigner. Professeur dans un lycée technique, il se lance en 2004 dans l'écriture avec la publication du roman, "La paix du désespoir", dans lequel il s'attache déjà à la psychologie de ses personnages.
Il récidive quelques années plus tard, en 2007, avec son premier roman noir "L'entomologiste" qui est publié chez un éditeur limougeaud Lucien Souny.
Dès 2008, paraît "Le Mystère H.", chez Les Ardents Éditeurs, jeune maison d'éditions de Limoges. Avec ce titre, il entame une trilogie avec un "roman d'aventure qui revisite les grands mythes des romans noirs autour de la figure énigmatique du personnage de H.". L'intrigue se situe à la fois dans les villes de Limoges et... à Londres, où se déroule plus précisément le second opus paru en mars 2010, "LHondres ou les ruelles sans étoiles".

En 2013, il déniche une maison en Corrèze, à quelques kilomètres des lieux de son enfance. Il achète la maison qu’il passera plus d’une année à restaurer. Un projet romanesque d’ampleur prend forme dans son esprit.
"Grossir le ciel" paraît en 2014 à La Manufacture de livres et, porté par les libraires, connaît un beau succès. La renommée de ce roman va grandissant : les prix littéraires s’accumulent, notamment le Prix Polar Michel-Lebrun 2015, le Prix Polars Pourpres 2015 et le Prix SNCF du polar 2017. Au total, près de 100 000 exemplaires seront vendus.
Suivront "Plateau" (2015, Prix Chapel 2016 et Prix des lecteurs de la ville de Brive 2016), puis "Glaise" (2017), dont les succès confirment l’engouement des lecteurs et des professionnels pour cette œuvre singulière et puissante.
Il a reçu le prix Babelio de Littérature française 2019 pour "Né d'aucune femme" (La Manufacture de livres), Grand Prix des lectrices Elle - Policiers - 2019.
Il remporte le prix Giono 2020 pour "Buveurs de vent".

Date première édition: août 2020

Editeur: Albin Michel

Genre: Policier , Roman

Mots clés :

Notre avis : 9 / 10 (1 note)

Enregistré le: 13 janvier 2021



POMAH
Appréciation de lecture
Buveurs de vent
Appréciation : 9 / 10
Commentaire #1 du : 13 janvier 2021
Etrange lecture, curieuse histoire, Franck Bouysse "m'épate" par la richesse d'un vocabulaire un tantinet poétique. Sil y a beaucoup de personnages, superbement analysés, chacun ayant son histoire, les lignes écrivent la souffrance de chacun, leurs colères, leurs émotions, en fait, ce livre est une vibration de gestes, d solitudes, de questions, d'actes, de paroles.
tous semblent prisonniers dans ce village, tous à la recherche d'une liberté du corps et de l'âme, jusqu'au drame.

Et si on aime Franck Bouysse, c'est parce qu'il a l'art de décrire, un être humain, et la nature. c'est beau, beau..
Extrait :


"encore invisible derrière la colline, le soleil irriguait le ciel et la lumière épaississait de seconde en seconde. C'était comme si les milliards d'aubes précédentes avaient été nécessaires pour parvenir à la perfection de celle-ci, comme si elle s'était nourrie de toutes les autres. de grandes fougères jaunies laquées de givre se pavanaient en bordure de chemin, telles de vieilles bourgeoises décharnées visitant une exposition. en fond sonore, la rivière colmatait le silence de sa voix monocorde, puis le soleil apparut, ruine flamboyante prise dans la végétation et 3 ombres s'envolèrent sur le chemin, comme des guerriers massaïs escortant les enfants".

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :