Camarade papa - GAUZ

Couverture Camarade papa1880. Un jeune homme, Dabilly, fuit la France et une carrière toute tracée à l’usine pour tenter l’aventure coloniale en Afrique. Dans une « Côte de l’Ivoire » désertée par l’armée française, quelques dirigeants de maisons de commerce négocient avec les tribus pour faire fructifier les échanges et établir de nouveaux comptoirs. Sur les pas de Dabilly, on découvre une terre presque inexplorée, ses légendes, ses pactes et ses rituels.
Un siècle plus tard, à Amsterdam, un gamin d’origine africaine raconte le monde postcolonial avec le vocabulaire de ses parents communistes. Lorsque ceux-ci l’envoient retrouver sa grand-mère et ses racines en Afrique, il croise les traces et les archives de son ancêtre.
Ces deux regards, celui du blanc sur l’Afrique et celui du noir sur l’Europe, offrent une histoire de la colonisation comme on ne l’a jamais lue. Gauz fait vivre des personnages tout en contrastes à la lumière solaire, dans une fresque ethnologique pétrie de tendresse et d’humour.

Biographie de l'auteur

Gauz est né en 1971 en Co?te-d’Ivoire. Apre?s avoir e?te? diplo?me? en biochimie et (un temps) sans-papiers, il est photographe, documentariste, et directeur d’un journal e?conomique satirique en Co?te-d’Ivoire.
Il a aussi e?crit le sce?nario d’un film sur l’immigration des jeunes Ivoiriens, "Apre?s l’oce?an".
L'ouvrage est le premier lauréat d'un nouveau prix : le Prix des libraires Gibert Joseph.
Il reçoit également le Prix Littéraire des lycéens, apprentis et stagiaires de la formation professionnelle d'Ile de France 2016 pour les Yvelines (78) et est élu Meilleur premier roman français de l'année 2014 au classement annuel des Meilleurs livres de l'année du magazine Lire.

Date première édition: août 2018

Editeur: Attila

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 6 / 10 (1 note)

Enregistré le: 29 mars 2019



Michel-Henri
Appréciation de lecture
Camarade papa
Appréciation : 6 / 10
Commentaire #1 du : 29 mars 2019
Ce livre est beaucoup plus complexe que son précédent « Debout-payé » mais il aborde l’Histoire et en particulier l’Histoire de la colonisation – récente – de la Côte d’Ivoire. Ici pas de simplification puisqu’en prenant la voix d’un colonisateur d’une part et la voix d’un enfant contemporain issue de cette Histoire il tente de restituer une Histoire globale, point de vue de colonisateur et point de vue de descendant de colonisé. A vouloir ainsi dans un roman assez court mêler les écheveaux du temps et de l’espace l’ambition est immense, peut-être trop. Il aurait fallu sans doute quelque chose de plus long, développer plus chaque partie, leur donner plus d’ampleur, plus de souffle. A la lecture quand on commence à communier avec le narrateur, quand on est pris dans la toile de son discours, nous voilà rebalancer sur un autre narrateur, une autre époque. Pourtant ce n’est pas complètement raté loin de là, il y a du beau grain dans ce texte. On retrouve en particulier la verve ironique de son précédent roman. L’humour pince-sans-rire de l’enfant est particulièrement heureux ? J’ai été moins convaincu par la prose de Dabilly, l’auteur aurait pu mettre la critique des colons dans sa bouche sans en faire un parangon de vertu, d’autant plus qu’il s’en vante, il me paraît outrecuidant. Tomber amoureux d’une belle jeune fille africaine ne vous autorise pas à faire preuve de condescendance à l’égard des africains !. Gauz a eu du mal a trouvé le ton juste pour ce personnage. Certes il dénote dans la société colonial mais après tout il n’est que curieux des autres et sans a priori sur les races et la culture. Qu’il en est conscience c’est bien, qu’il en tire un sentiment de supériorité c’est plus gênant.
En contre partie le du rôle des femmes dans les sociétés précoloniales de l’ouest africain est bien mis en exergue et de manière assez poétique.
En résumé c’est un livre intéressant mais avec des défauts – de jeunesse ? – et laisse entrevoir de belles promesses pour ces futurs romans.

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :