Manifestations » Maison d'écrivain » 2019 Victor Hugo

 

Les Amis de la Bibliothèque

organisent la visite de la maison littéraire de Victor Hugo au Château de Roches à Bièvres (91)

et le musée de la Toile de Jouy à Jouy-en-Josas (78).

Dimanche 30 juin 2019.


Programme de la journée

 

8h00 Départ impératif du parking Centre Culturel de SEMOY. Pause prévue sur autoroute A10 de 20mn.

10h00 Arrivée au château de Roches.

10h15 Visite guidée en 3 groupes (19 pers. maxi par groupe) – durée 0h45.

11h30 Fin de la visite pour le dernier groupe. Possibilité de balade dans le parc de 10 ha.

12h15 Pique-nique au parc de la Martinière. Il est distant de 800 m, nous nous y rendrons en car. En cas
de mauvais temps nous ferons un hors-sac au salon de thé du Château des Roches

14h00 Départ pour le Château de l’Églantine (5 km) et le musée de la Toile de Jouy

14h30 Visite 1h30, accompagnée d’un guide en deux groupes qui commenceront la visite
simultanément.

16h00 Fin de la visite guidée

17h00 Retour vers Semoy

19H00 Arrivée à SEMOY.


Le budget prévisionnel pour cette journée est de 40 euros.

Il reste quelques places : Inscription ici

---

Image Maison écrivain : Victor Hugo

 

Victor Hugo séjourna au château des Roches où le mécène Bertin l’aîné tenait un salon littéraire très
fréquenté (Chateaubriand, Berlioz, Ingres, Liszt) à de très nombreuses reprises entre 1828 et 1837.
La collection de la Maison Littéraire de Victor Hugo comporte aujourd'hui plus de 4500 pièces :
livres, gravures, photographies, lettres, manuscrits, copeaux.
Les copeaux sont des brouillons que Victor Hugo écrivait instantanément lorsqu'une idée ou une
intuition lui venait à l'esprit. Il les notait immédiatement sur tout ce qui était à la portée de sa main :
une enveloppe, la page de garde d'un livre, le dos d'un télégramme, etc.. Puis les textes étaient
travaillés de nombreuses fois jusqu'à la version définitive, qu'on appelle le " manuscrit ". Ce dernier
était recopié au propre, relu et corrigé par Victor Hugo, et c'est cette copie qui était envoyée à
l'éditeur. Hugo recevait en retour une " épreuve d'imprimerie ". Il vérifiait de nouveau tout, la
ponctuation, la mise en page, le caractère des titres, mais parfois aussi il retravaillait le texte en lui
donnant une nouvelle dimension. Ces corrections, recopiées, étaient renvoyées à l'éditeur qui
pouvait alors imprimer la première édition dite " originale ".


Une exposition temporaire
A l’occasion du 220e anniversaire de la naissance de Balzac. La Maison Littéraire de Victor Hugo
organise une exposition temporaire autour des relations entre deux monuments de la littérature
française du XIXe siècle. Ils sont quasi contemporains, l’un est né en 1799 et l’autre en 1802.
Si leur relation n’a pas toujours sereine, en effet ils ne s’épargnaient pas les critiques, elle fut
toujours empreinte d’une estime et une admiration mutuelle. Ils se sont tous deux reconnus comme
génies. Hugo sera auprès de Balzac lors de son agonie et prononcera son oraison funèbre.

 

---

 

Image Musée toile de Jouy : Château Eglantine

Présentation du Musée

 
Le musée de la Toile de Jouy a été créé en 1977 afin de faire renaître dans les mémoires la célèbre
« Manufacture des Toiles de Jouy », fondée en 1760 par l’entrepreneur et imprimeur Christophe-
Philippe Oberkampf.
Le musée est depuis 1991 à son emplacement actuel au Château de l’Églantine, écrin du musée. Il a
été reconstruit par Alfred Vaudoyer en 1891-1892.
Alfred Vaudoyer était l’un des membres d’une dynastie d’architectes inaugurée par Antoine Laurent
(1756-1846), pensionnaire de l’Académie de France à Rome.
Le jardin attenant à la demeure restauré en 2009 est accessible aux visiteurs du musée. Il accueille
des ruches de l’association « Les ruchers de Jouy ».
Un parterre de fleurs en bandes horizontales, oeuvre du plasticien Jean-Max Albert, évoque devant
l’entrée du musée des toiles étendues dans les prés, en train de blanchir, donnant ainsi une idée du
foisonnement de couleurs qui devait alors couvrir les prairies.


Les toiles de Jouy et Oberkampf
A la fin du XVIIe siècle, l’Europe découvrait et adoptait les belles cotonnades peintes de fleurs et
d’animaux aux couleurs vives, importées de l’Inde grâce aux grandes compagnies de navigation.
Mais la concurrence sévère faite aux manufactures traditionnelles de soie et de coton amena Louis
XIV à décréter l’interdiction d’importation de fabrication dans tout le pays. En 1759, avec la levée
de cette interdiction, de nombreux étrangers, devenus seuls possesseurs du savoir-faire en la
matière, s’installèrent en France.
Parmi eux, Christophe-Philippe Oberkampf, graveur et imprimeur du Wurtemberg s’installa à Jouyen-
Josas qui a été choisie pour la qualité de son eau (la Bièvre) et la proximité de Paris et de
Versailles. La fabrication débuta en 1760. Grâce à l’ingéniosité d’Oberkampf, la manufacture devint
alors la plus grande manufacture d’Europe, employant 1237 personnes en 1821.
Oberkampf bénéficia de la proximité de la Cour de Versailles, passa au travers de la tourmente
révolutionnaire, connut une prospérité étonnante sous le Consulat, et fut décoré de la Légion
d’Honneur par Napoléon lui-même. En revanche, son entreprise subit de plein fouet la chute de
l’Empire.
Jouy-en-Josas qui était alors un village devint un bourg que la fermeture de l’usine aurait ruiné si le
goût de la villégiature n’avait attiré dès le milieu du XIXe siècle, une population nouvelle.

---

Pour aller plus loin, cliquez sur les liens ci-dessous :

photo Victor Hugo

Château de Roches à Bièvres

Musée de la Toile de Jouy

 

 

Ce sera la 10eme sortie Maison d'écrivain.

Image: Logo Amis de la bibliothèque

vous remercient de votre visite

A très bientôt !