Je suis une vieille coco ! - LUNGU Dan

Couverture Je suis une vieille coco !

"La Roumanie profonde peut être amusante, irrationnelle et fascinante. Imaginez-vous seulement la situation suivante : nous sommes en pleine dictature, on fait la queue pour tout, de l'huile et du papier toilette au pain et aux postes de TV ; Ceasescu, le Génie des Carpates, conçoit des plans pharaoniques et la police politique est aux aguets. Eh bien, savez-vous ce que font les gens comme vous et moi ? Ils inventent des blagues sur Ceasescu et ils rient... Cela ne les empêche pas, à la suite d'une miraculeuse révolte populaire, de jouir de l'exécution du dictateur le jour de Noël. Et cela ne les empêche pas non plus, peu de temps après l'exécution, de tomber dans la nostalgie et de regretter le communisme et Ceauescu, comme c'est le cas d'Emilia Apostaoe, la sympathique et énergique héroïne de ce roman. Comme je disais, la Roumanie profonde peut être ridicule, stupide et intéressante. Ou bien je disais autre chose ?"

Biographie de l’auteur

Né en 1969 à Botosani, en Roumanie, Dan Lungu est maître de conférences de sociologie. Il a reçu de nombreux prix, tant en Roumanie qu'en Allemagne et en France. Ses romans sont traduits en Italie, en Allemagne, en France, en Grande-Bretagne et en Hongrie.

Date première édition: février 2008

Editeur: Jacqueline Chambon

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 6.67 / 10 (3 notes)

Enregistré le: 09 décembre 2012



Michel-Henri
Appréciation de lecture
Je suis une vieille coco !
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #3 du : 26 mars 2013
Excellent roman à l'écriture sans doute un peu facile mais bien construit. C'est l'histoire d'une femme vieillissante qui raconte ses jeunes et bonnes années ... du temps du "génie des Carpates".
Venant de la campagne, une campagne arriérée où la condition était de trimer sans fin et de tirer le diable par la queue, elle trouve son bonheur en découvrant le travail à l'usine sous le communisme. Ne pas croire que malgré le titre elle cache les tares du système, bien au contraire, elle nous les décrit pas le menu : l'hypocrisie généralisée, la crainte sinon la peur, la gabegie, la concussion etc... Mais elle, à son niveau d'ouvrière pourquoi devrait-elle condamner au nom de grands principes une société qui lui a apporté la joie de vivre, la bonheur et qui représente désormais la nostalgie de la jeunesse ?
Encore une fois on nous donne à voir des choses qui sont loin du manichéisme. Il ne s'agit pas de dédouaner un système oppressif, mais de montrer que les gens aspirent souvent à une petite part de bonheur, que les idéologies peuvent être aussi un luxe et que dans une dictature il y a une zone grise où l'on est n'y un salop ni un héros. Mica n'est pas une méchante elle n'a dénoncé personne elle revendique simplement pour elle et les siens un peu de joie.
Anne
Appréciation de lecture
Je suis une vieille coco !
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #2 du : 17 mars 2013
"Une semaine...Depuis une semaine je n'ai plus la paix, bon sang! Depuis le dernier coup de fil d'Alice... Alice- joli prénom, n'est-ce pas? C'est moi qui l'ai choisi. Normal, il s'agit de ma fille." Ce roman commence ainsi, Mika ne sait plus que penser de la Roumanie d'aujourd'hui où elle vit. Elle est à la retraite, a du mal à joindre les 2 bouts, sa fille est devenue ingénieur comme elle l'espérait. Seulement, elle est partie au Canada et lui demande de voter pour les libéraux aux prochaines élections. Ce coup de téléphone qui l'oblige à confronter les souvenirs de son passé sous Ceausescu à ceux de son entourage. Mika revit avec nostalgie ces années de communisme qui lui ont permis de quitter sa campagne natale qu'elle avait en horreur pour devenir technicienne dans la métallurgie, d'avoir un appartement, une bouteille de gaz, un bel avenir pour sa fille...
Mika porte un regard nostalgique sur la Roumanie de Ceausescu mais son récit où alterne présent et passé est emprunt d'humour et de dérision. Au fil du livre, on sent que cette femme se met à douter de ses souvenirs. Elle ne regarde pas son passé comme ses amis avec qui elle avait cru partager tous ces moments. Elle n'a pas su s'adapter aussi bien qu'eux au changement de régime et la nostalgie a repeint ses souvenirs dans des couleurs brillantes. Entre le dialogue de sourd de la mère et la fille, les anecdotes du passé, les blagues sur Ceausecu, on s'amuse beaucoup. Mais ce n'est pas sans émotion que l'ont suit Mika revisitant son passé et le confrontant aux souvenirs de ses proches.
Michel G.
Appréciation de lecture
Je suis une vieille coco !
Appréciation : 6 / 10
Commentaire #1 du : 18 décembre 2012
"La vieille coco " est la narratrice de ce roman qui se déroule avant et après la chute brutale du "génie des Carpates", le triste Ceausescu.
Pas de scoop ni de sensationnel dans ce livre, juste un regard lucide parfois tendre et nostalgique parfois sévère et critique.
Les avantages accordés aux membres du parti, les combines, les queues interminables devant les magasins, les objectifs du Plan qu'il faut réaliser sans discuter etc.... tout cela on le connaît. La transition vers un régime démocratique s'avère longue et semée d'embûches pour le peuple, mais inévitable. Aujourd'hui l'inflation a vidé les magasins de leurs acheteurs potentiels...
Reste un témoignage concret, souvent teinté d'un humour désabusé voire caustique et cette angoissante question : et si c'était mieux avant ?
Dernière édition : 18 décembre 2012, 22:27:55 par moderateur  

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :