Le mage du Kremlin - DA EMPOLI Giuliano

Couverture Le mage du Kremlin

Grand Prix de l'Académie Française 2022. On l’appelait le « mage du Kremlin ». L’énigmatique Vadim Baranov fut metteur en scène puis producteur d’émissions de télé-réalité avant de devenir l’éminence grise de Poutine, dit le Tsar. Après sa démission du poste de conseiller politique, les légendes sur son compte se multiplient, sans que nul puisse démêler le faux du vrai. Jusqu’à ce que, une nuit, il confie son histoire au narrateur de ce livre…
Ce récit nous plonge au cœur du pouvoir russe, où courtisans et oligarques se livrent une guerre de tous les instants. Et où Vadim, devenu le principal spin doctor du régime, transforme un pays entier en un théâtre politique, où il n’est d’autre réalité que l’accomplissement des souhaits du Tsar. Mais Vadim n’est pas un ambitieux comme les autres : entraîné dans les arcanes de plus en plus sombres du système qu’il a contribué à construire, ce poète égaré parmi les loups fera tout pour s’en sortir.
De la guerre en Tchétchénie à la crise ukrainienne, en passant par les Jeux olympiques de Sotchi, Le mage du Kremlin est le grand roman de la Russie contemporaine. Dévoilant les dessous de l’ère Poutine, il offre une sublime méditation sur le pouvoir.

Biographie de l'auteur

Giuliano da Empoli, né en 1973, est un écrivain et journaliste italien.
Il est diplômé en droit de l'Université de Rome "La Sapienza" et en sciences politiques de Sciences Po Paris.
Ancien adjoint au maire en charge de la Culture à Florence (2009-2012), il a été le conseiller politique du président du Conseil italien Matteo Renzi.
De 2006 à 2008, il a été le conseiller du ministre de la Culture italien Francesco Rutelli. Il a également été membre du conseil d'administration de la Biennale de Venise (2007) et président du cabinet Vieusseux à Florence (2012-2016).
En 2016, il a fondé le think tank Volta, membre du réseau Global Progress.
Depuis 1996, il publie régulièrement des articles et des éditoriaux dans les principaux journaux italiens, parmi lesquels "Il Corriere della Sera", "La Repubblica", "Il Sole 24 Ore" et "Il Riformista".
En 1996, il a publié son premier livre "Un grande futuro dietro di noi" à propos des difficultés rencontrées par les jeunes Italiens. Cette publication a fortement animé le débat national en Italie et poussé le journal "La Stampa" à le désigner "Homme de l'année".
Depuis, il a publié de nombreux autres livres qui analysent les mobilités sociales, les changements sociaux, et l'impact de la nouvelle économie et ses effets sur la politique. En tant qu'auteur et commentateur politique, il intervient régulièrement dans des émissions télévisées et radiophoniques en Italie et en France.

Date première édition: avril 2022

Editeur: Gallimard

Genre: Roman

Mots clés :

Notre avis : 6.56 / 10 (9 notes)

Enregistré le: 27 septembre 2022



Gislaine
Appréciation de lecture
Le mage du Kremlin
Appréciation : 8 / 10
Commentaire #9 du : 29 novembre 2022
Ce roman est une forme de docu-fiction (comme on dit aujourd'hui).

À partir de faits réels, l'auteur aborde la carrière de Vladislav Sourkov, ancien conseiller de Vladimir Poutine pendant 15 ans (et assigné à résidence en Russie depuis l'année 2020).

Vadim Baranov (Vladislav Sourkov dans la réalité), est considéré comme un des principaux idéologues de la "démocratie souveraine" basée sur la verticalité du pouvoir, la puissance et la fierté de la Russie Unie.

L'auteur aurait mené son enquête pendant 4 ans. On trouve donc dans ce roman multitude de faits historiques :
- l'arrivée de V. Poutine, le tchékiste du KGB, à la direction du FSB
- les attentats à Moscou en 1999
- la guerre en Tchétchénie
- Eltsine et le fou-rire de Clinton
- le démantèlement de l'URSS
- l'expérience du capitalisme à outrance
- la tragédie du sous-marin Koursk en 2000
- le labrador et Merkel en 2006
- les Jeux olympiques de Sotchi en 2014
- l'annexion de la Crimée en 2014
- les oligarques emprisonnés...

Ce roman est instructif pour qui s'intéresse à la géopolitique contemporaine. Il démontre la répression progressive des opposants et le recrutement des forces de la colère. Plus facile à lire qu'un essai, il comporte hélas quelques maladresses (clichés ou passages trop romanesques).

Pour ma part, je le considère comme une pièce de puzzle dans la compréhension des enjeux stratégiques du XXIe siècle.
Pour compléter, je vais chercher à lire "Nous" de l'écrivain dissident bolcheviste Evgeni Zamiatine 1884-1937 (cité dans le roman et qui inspira Orwell).
Geneviève
Appréciation de lecture
Le mage du Kremlin
Appréciation : 5 / 10
Commentaire #8 du : 28 novembre 2022
ce roman m 'a permis de comprendre un peu mieux la politique du Klemlin mais j 'ai eu du mal a le lire jusqu'au bout
pomah
Appréciation de lecture
Le mage du Kremlin
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #7 du : 28 novembre 2022
livre intéressant, bien documenté, mais que j'aurais aimé lire en dehors du conflit russo ukrénien qui dure
et nous envoie des images très violentes.

Sans doute y aurais je pris plus de plaisir et appris beaucoup plus sur ce Vladimir.

c'est plus un documentaire qu'un roman.
Didier
Appréciation de lecture
Le mage du Kremlin
Appréciation : 8 / 10
Commentaire #6 du : 26 novembre 2022
Remarquable

Surtout la description du grand-père.
CORRE CATHERINE
Appréciation de lecture
Le mage du Kremlin
Appréciation : 9 / 10
Commentaire #5 du : 25 novembre 2022
Le livre décrit la carrière d'un conseiller occulte de Poutine, Sourkov qui a participé à l ascension de ce dernier.
Vadim Baranov qui ressemble à Sourkov va chercher à maitriser toutes les oppositions, à les diviser pour asseoir le pouvoir de Poutine. Il évoquera "La démocratie souveraine". L'auteur parvient à nous faire entrer dans le cerveau de Poutine.
Avec effroi, nous assistons à la dénonciation des privilèges et de la corruption en Russie.
Ecrit avant la guerre en Ukraine, ce livre nous donne des clés pour comprendre ce conflit.
Nous comprenons le rôle important du nationalisme russe.
Livre à lire absolument qui nous tient en haleine du début à la fin.
Michel G.
Appréciation de lecture
Le mage du Kremlin
Appréciation : 5 / 10
Commentaire #4 du : 23 novembre 2022
Sans doute le favori du Goncourt....qui s'est fait couper l'herbe sous le pied par le grand prix de l'Académie française !

Histoire vraisemblablement un peu romancée de Baranov / Sourkov éminence grise du Tsar / Poutine.
Pauvre Poutine qui est "entièrement seul" et dont la hantise est que la troupe familiarise avec la foule.
A part quelques courtes histoires drôles, bof....
Michel-Henri
Appréciation de lecture
Le mage du Kremlin
Appréciation : 5 / 10
Commentaire #3 du : 21 novembre 2022
Je suis assez surpris par l'engouement que suscite ce livre. Mais j'ai souvent cette réaction à propos des fictions historiques.
Ce roman prétend donner des clés explicatives sur la politique russe et en particulier s'attache à décrypter la psychologie de Poutine. L'exercice est menée avec brio dans la forme. Mais je n'ai pas été convaincu par le fond. Il ne suffit pas de bien connaître l'histoire récente de la Russie, de multiplier les faits, les personnages et les anecdotes, de les enchaîner avec beaucoup de savoir faire, pour donner une vision convaincante de la Russie. Ça ne reste qu'un parti pris. Je trouve l'histoire réelle bien trop complexe pour pouvoir se résumer à l'intervention d'un conseiller, fut-il particulièrement brillant.
J'avoue que je me suis ennuyé à la lecture de ce livre. Pour ne pas sombrer dans l'ennui, il aurait fallu que l'auteur arrive à me convaincre qu'il détenait des sources sûres à la manière d'un journaliste. Mais là il ne s'agit pas de cela, nul enquête, rien qu'un roman. Quel est le but poursuivi par l'écrivain : expliquer l'histoire contemporaine russe, nous faire le portait de celui qu'il pense être une éminence grise ou simplement faire œuvre de fiction gratuite ? Dans ce dernier cas, j'aurais peut-être pu m'intéresser un peu plus mais il aurait fallu nous annoncer la couleur dès le début.
Félicie
Appréciation de lecture
Le mage du Kremlin
Appréciation : 7 / 10
Commentaire #2 du : 02 novembre 2022
Un livre intéressant, bien documenté et facile à lire, sur les arcanes du pouvoir politique russe.
Ce livre nous permet d'en comprendre les excès.
Un bon documentaire au service de la géopolitique.
Marie-Claire
Appréciation de lecture
Le mage du Kremlin
Appréciation : 5 / 10
Commentaire #1 du : 17 octobre 2022
Pour son personnage Vadim Baranov, l’auteur s’est inspiré du vrai conseiller de Poutine, éminence grise dont on n’a plus de nouvelles.Le thème du roman est le pouvoir ; il s’agit d’un long monologue au cours duquel Baranov raconte comment il a aidé l’ancien fonctionnaire du KGB à accéder au pouvoir puis à le consolider jusqu’à devenir le tsar.
C’est très bien documenté,c’est crédible, c’est d’actualité mais bof,bof,bof…..(sentiment d’ennui et d’insatisfaction)
Tout d’abord, le début est long qui raconte comment le narrateur retrouve finalement Baranov .J’ai trouvé que cela manquait d’intérêt.
Le nouveau narrateur est donc Baranov qui va dérouler ses souvenirs et j’ai trouvé ce long discours pesant.D’une part parce que la forme ne permet pas la confrontation avec d’autres points de vue. D’autre part parce qu’il est bourré de maximes politico-philosophiques sur l’âme russe , sur le peuple russe qui chercherait un homme fort. Quand en aura-ton fini avec ces considérations sur l’âme russe ?
Enfin je n’ai pas vraiment compris qui était le personnage, certes il raconte son enfance,sa formation d’artiste,sa rencontre avec un oligarque puissant, son accession au pouvoir mais quelles sont ses motivations ? Que pense-t-il vraiment ? Il se contente de raconter les années Poutine et lui, reste à la surface…Il manque de « chair », d’épaisseur, il n’est qu’une voix.
Il y a bien une histoire d’amour mais avec Ksenia ,femme fatale,cruelle, imprévisible !! Quand en aura-t-on fini avec les femmes fatales ?
La découverte de la poupée dans les décombres est un passage censé rendre humain cet homme cynique !! Quand en aura-t-on fini avec les clichés ?
Quant à la fin du roman, encore un cliché : l’enfant, l’innocence qui métamorphose l’être brutal et immoral en homme aimant et sage. On n’y croit pas du tout !!

Finalement, il me semble que l’auteur a réussi l’analyse du pouvoir en Russie, le livre a reçu beaucoup d’éloges en ce sens, mais a raté le roman. Il aurait dû écrire un essai politique pour ceux qui s’y intéressent, il n’y aurait pas eu d’ambiguïté.

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :