Avis de lecture » Les livres par mot-clé » Résultats

Chien-loup - JONCOUR Serge

Couverture  Chien-loupL'idée de passer tout l'été coupés du monde angoissait Franck mais enchantait Lise, alors Franck avait accepté, un peu à contrecœur et beaucoup par amour, de louer dans le Lot cette maison absente de toutes les cartes et privée de tout réseau. L'annonce parlait d'un gîte perdu au milieu des collines, de calme et de paix. Mais pas du passé sanglant de cet endroit que personne n'habitait plus et qui avait abrité un dompteur allemand et ses fauves pendant la Première Guerre mondiale. Et pas non plus de ce chien sans collier, chien ou loup, qui s'est imposé au couple dès le premier soir et qui semblait chercher un maître. En arrivant cet été-là, Franck croyait encore que la nature, qu'on avait apprivoisée aussi bien qu'un animal de compagnie, n'avait plus rien de

Notre avis : 6 / 10 (1 note)

Lâcher les chiens - THIEN Madeleine

Couverture Lâcher les chiensLe 29 novembre 2005, le docteur Hiroji Matsui quitta le Centre de Recherche sur le Cerveau à Montréal à 19 h 29. Sur l'écran de sécurité, son visage n'exprime rien. La caméra le saisit brièvement au moment où il passe : cheveux grisonnants, soigneusement peignés, lunettes à monture d'argent, sourcils épais, menton décidé... Il ne porte pas de manteau, ne tient rien dans ses mains... Il sort par une porte latérale, descend un escalier métallique, puis il s'enfonce dans la ville et se volatilise. Qu'a bien pu devenir de Docteur Matsui ? Une de ses jeunes collègues, Janie, trouve quelques indices qu'elle est la seule à pouvoir décrypter. Janie est cambodgienne. Elle a été adoptée à onze

Notre avis : 7 / 10 (1 note)

Un Territoire fragile - FOTTORINO Eric

Couverture Un Territoire fragile

Réfugiée anonyme dans les nuits glaciales de Bergen, Clara Werner a fui l'aveuglante lumière et le soleil écrasant de la médina de Fez. Sur sa route chaotique et malheureuse, Bergen est la dernière étape avant le pôle, l'extrémité du globe, la limite de sa géographie intérieure. Comme cette vieille terre ravinée aux entailles profondes, le corps de Clara est le reflet des meurtrissures de son histoire. Marquée par les bras qui ne l'ont pas étreinte, par les tendres baisers qu'elle n'a jamais reçus, par les poings qui l'ont frappée, Clara est réduite aux souffrances imposées par ce corps épuisé. Avec la griserie elle trouvera l'apaisement ou la douceur de n'être plus qu'une ombre. Atteindre Clara, c'est s'adresser à son anatomie ; la comprendre, c'est la découvrir nue. À peine vit-elle quelques instants d'apaisement, il est déjà trop tard pour qu'elle comprennela douceur des hommes
Notre avis : aucune note

Affichage des avis de lecture 1 à 3 | Page 1 de 1

1