Avis de lecture » Les livres par mot-clé » Résultats

2010 Année France-Russie -

Couverture L'Année France-Russie 2010

L’année 2010 a été déclarée l’Année de la Russie en France et l’Année de la France en Russie.

Les Amis de la Bibliothèque ont participé à cet événement en s'intéressant plus particulièrment à la culture et littérature russe.

Pour en savoir plus, vous pouvez rechercher sur ce site le mot-clé Littérature russe

Mots clés : ,
Notre avis : aucune note

38, rue Petrovka - VAINER Arkadi et Gueorgui

Couverture 38, rue Petrovka

Moscou 1945. La guerre a laissé le pays exsangue et les quignons de pain se cachent dans les coffres-forts. Chaparov, jeune héros de vingt-deux ans habitué aux combats, rejoint la brigade criminelle de Moscou lancée dans une autre guerre contre le crime organisé. Il travaille sous les ordres de Jeglov qui le fascine et parfois le subjugue. Ce chef-né, slave jusqu'au bout des ongles, porte

Notre avis : 6 / 10 (1 note)

L'abandonnée - TOURGUENIEV Ivan

Couverture L'abandonnée : Suivi de Jacques Passinkov et de Andreï Kolosov

L'héroïne de L'Abandonnée, la belle et fragile Suzanne, est une jeune femme à la recherche de l'amour. Fille cachée d'un puissant seigneur, elle passe son enfance à guetter dans les yeux de ce vieil homme un signe de tendresse paternelle, aussi timide et discret soit-il. Lorsque, devenue adulte, elle parvient à trouver le bonheur, la malveillance de son entourage la sépare de celui qu'elle aime. Jacques Passinkov met en scène trois

Notre avis : aucune note

L'accompagnatrice - BERBEROVA Nina

Couverture L'Accompagnatrice

En quelques scènes où l'économie des moyens renforce l'efficacité du trait, Nina Berberova raconte ici les relations d'une soprano issue de la haute société pétersbourgeoise, avec Sonetchka, son accompagnatrice, bâtarde et pauvre; elle décrit leur exil dans les années qui suivent la révolution d'Octobre, et leur installation à Paris où leur liaison se termine dans le silencieux paroxysme de l'amour et de la haine. Virtuose de l'implicite, Nina Berberova sait tour à tour faire peser sur les rapports de ses personnages l'antagonisme sournois des classes sociales et l'envoûtement de la musique (il y a sur la voix quelques notations inoubliables). Par ce roman serré, violent, subtil, elle fut, en 1985, reçue en France, où elle avait passé plus de vingt ans avant de s'exiler définitivement aux Etats-Unis.

Notre avis : 6 / 10 (1 note)

Un acte d'amour - MEEK James

Couverture Acte d'Amour1919. Sibérie. Le long de la voie du Transsibérien, Jazyk occupée par une légion tchèque, attend l'offensive des rouges. La ville est dominée par une secte religieuse sous la conduite de Balashov. Arrive Samarin. Il sort de la forêt et raconte s'être évadé d'un bagne et être poursuivi par un cannibale. Anna Petrovna, une jeune veuve, s'intéresse à ce nouveau venu. Un shaman de la région est assassiné et la peur et la folie s'abattent sur la ville. Le pervers capitaine Matula rêve de fonder un royaume dans ce bout du monde glacé, nomme un tribunal pour juger Samarin et affronte Mutz, le lieutenant plein d'humanité. Dans une grange piaffe un étalon noir. Les rouges arrivent.

Notre avis : 7.75 / 10 (4 notes)

Anna Karénine - TOLSTOÏ Léon

Couverture Anna KarénineAnna n'est pas qu'une femme, qu'un splendide spécimen du sexe féminin, c'est une femme dotée d'un sens moral entier, tout d'un bloc, prédominant : tout ce qui fait partie de sa personne est important, a une intensité dramatique, et cela s'applique aussi bien à son amour.
Elle n'est pas, comme Emma Bovary, une rêveuse de province, une femme désenchantée qui court en rasant des murs croulants vers les lits d'amants interchangeables. Anna donne à Vronski toute sa vie.
Elle part vivre avec lui d'abord en Italie, puis dans les terres de la Russie centrale, bien que cette liaison « notoire » la stigmatise, aux yeux du monde immoral dans lequel elle évolue, comme une femme immorale. Anna scandalise la société hypocrite moins par sa liaison amoureuse que par son mépris affiché des conventions sociales.

Notre avis : 8 / 10 (1 note)

L'axe du loup - TESSON Sylvain

Couverture L'axe du loup : De la Sibérie à l'Inde, sur les pas des évadés du Goulag

Pendant 8 mois, Sylvain Tesson a refait le long voyage de la Sibérie au golfe du Bengale qu'effectuaient naguère les évadés du Goulag. Pour rendre hommage à ceux dont la soif de liberté a triomphé des obstacles les plus grands, seul, il a franchi les taïgas, la steppe mongole, le désert de Gobi, les Hauts Plateaux tibétains, la chaîne himalayenne, la forêt humide jusqu'à la montagne de

Notre avis : 8 / 10 (1 note)

Bérézina - TESSON Sylvain

Couverture BérézinaEn octobre 1812, piégé dans Moscou en flammes, Napoléon replie la Grande Armée vers la France. Commence La retraite de Russie, l’une des plus tragiques épopées de l’Histoire humaine.
La Retraite est une course à la mort, une marche des fous, une échappée d’enfer.
Deux cents ans plus tard, je décide de répéter l’itinéraire de l’armée agonisante, de ces cavaliers désarçonnés, de ces fantassins squelettiques, de ces hommes à plumets qui avaient préjugé de l’invincibilité de l’Aigle. Il ne s’agit pas d’une commémoration (commémore-ton l’horreur ?), encore moins d’une célébration, il s’agit de saluer par-delà les siècles et les verstes, ces Français de l’an XII aveuglés par le soleil corse et fracassés sur les récifs du cauchemar.
Le géographe Cédric Gras, le photographe Thomas Goisque et

Notre avis : 6 / 10 (1 note)

Bref été au Spitzberg - CORBINEAU Aurélie

Couverture Bref été au Spitzberg

Le Svalbard, c'est loin. C'est froid aussi, très froid, même au coeur de son bref été où jamais le soleil ne se couche. Quand on vit au bord de la Garonne, on se demande parfois comment il est possible de survivre aux rigueurs climatiques du nord de la Loire. Alors le Svalbard ! C'est peut-être justement pour ça qu'Aurélie Corbineau ira vivre ce bref été au Svalbard. Cet archipel la fascine, avec son mythique Spitzberg,

Mots clés : , ,
Notre avis : 8 / 10 (2 notes)

Le Cap des tempêtes - BERBEROVA Nina

Couverture Le Cap des tempêtes

Exilées russes à Paris, filles du même père et de trois mères différentes, ces trois soeurs qui, en filles de leur époque, refusent de se complaire dans l'inaccomplissement tchékhovien incarnent, chacune à sa façon. la tragédie du siècle.
L’aînée, tout en gardant le souvenir de sa mère violée et assassinée par les Rouges pendant la guerre civile, recherche l'harmonie, habitée par le pressentiment du miracle à accomplir. La cadette, que le lecteur découvre au fil de son journal intime, la seule des trois à avoir vécu avec ses deux parents, tente de mettre en pratique sa théorie de la fragmentation du monde en se nourrissant du bonheur des autres et en séduisant les hommes qu'aiment ses soeurs. La benjamine - dont la mère, actrice française vivant en Russie, avait mis fin à ses jours, et qui a quitté la Russie après l'arrestation de son

Notre avis : aucune note

Affichage des avis de lecture 1 à 10 | Page 1 de 7