Les Piliers de la Terre - FOLLETT Ken

Couverture Les Piliers de la TerreDans l'Angleterre du XIIe siècle ravagée par la guerre et la famine, des êtres luttent pour s'assurer le pouvoir, la gloire, la sainteté, l'amour, ou simplement de quoi survivre.
Les batailles sont féroces, les hasards prodigieux, la nature cruelle.
La haine règne, mais l'amour aussi, malmené constamment, blessé parfois, mais vainqueur enfin quand un Dieu, à la vérité souvent trop distrait, consent à se laisser toucher par la foi des hommes.
Abandonnant le monde de l'espionnage, Ken Follet, le maître du suspense, nous livre avec "Les Piliers de la Terre" une œuvre monumentale dont l'intrigue, aux rebonds incessants, s'appuie sur un extraordinaire travail d'historien. Promené de pendaisons en meurtres, des forêts anglaises au cœur de l'Andalousie, de Tours à Saint-Denis, le lecteur se trouve irrésistiblement happé dans le tourbillon d'une superbe épopée romanesque dont il aimerait qu'elle n'ait pas de fin.

Biographie de l'auteur

Ken Follett, né en 1949, est un écrivain gallois spécialisé dans les romans d'espionnage et historiques.
Il fait des études de philosophie à l’University College de Londres dont il sort titulaire d'une licence en 1970. En septembre 1970, il entreprend les études de journaliste et obtient le diplôme après un cours accéléré de trois mois. Il commence à travailler en tant que reporter au "South Wales Echo" à Cardiff et ensuite travaillera pour l’ "Evening News" à Londres. N’étant pas arrivé à être un reporter d’investigation reconnu, Ken Follett se met à écrire des romans de fiction la nuit et pendant les week-ends ; en 1974, il quitte définitivement ses emplois de journaliste et rejoint les éditions "Everest Books".
Ses ouvrages littéraires, rédigés après ses heures de travail, l’ont amené à publier plusieurs livres se vendant relativement bien et ce, grâce aux conseils de son agent littéraire. Puis arrive enfin LE roman à succès "Eye of the Needle" (L'Arme à l'œil), par lequel Follett acquiert le statut d’auteur reconnu ; le livre publié en 1978 gagna le Prix Edgar et fut vendu à plus de 10 millions d’exemplaires. Il déménage ensuite à Grasse en France où il vit pendant trois ans avec sa famille.
De retour en Angleterre en 1982, il s'installe à Surrey et travaille pour le Parti travailliste. Il rencontre la secrétaire du parti, Barbara Broer, qu’il épousera en 1985. Il est déjà père de deux enfants issus d'un premier mariage, de 1968 à 1985.
En 1989, il publie un roman historique, "Les Piliers de la Terre" (The Pillars of the Earth). Deux suites, intitulées "Un monde sans fin" (World Without End) et "Une colonne de feu" (A Column of Fire), sont parues en 2007 et 2017. "Les Piliers de la Terre" a été vendu à 15 millions d'exemplaires à travers le monde, ce qui en fait un best-seller.
La technique narrative mise au point par Ken Follett est parfaitement contemporaine, elle s'apparente à l'écriture du cinéma et des séries télévisées. Les effets narratifs sont très visuels avec des descriptions détaillées, la psychologie des personnages est aisément mémorisable, et le découpage s'accélère progressivement jusqu'au dénouement final.
Ken Follett ne s’est pas cantonné à un genre ni à une époque, outre des romans d’espionnage comme "Le Réseau Corneille" et des fresques historiques, il a signé des thrillers très actuels.
Ses romans sont traduits dans plus de vingt langues et plusieurs d'entre eux ont été portés à l'écran.

Date première édition: mars 1990

Editeur: Le livre de Poche

Genre: Roman , Roman historique

Mots clés :

Notre avis : 6 / 10 (1 note)

Enregistré le: 12 novembre 2020



Michel G.
Appréciation de lecture
Les Piliers de la Terre
Appréciation : 6 / 10
Commentaire #1 du : 13 novembre 2020
Nous sommes en plein Moyen Age et suivons les pérégrinations de Tom le bâtisseur et sa famille. Le rêve, c'est bâtir
une cathédrale, la plus belle et la plus grande possible. La vie des personnages n'a vraiment rien d'un long fleuve tranquille et les rebondissements se multiplient au fil des pages.
Et nous assistons au combat des bons (très gentils) et des méchants (très très méchants) dans un climat de violences de toutes sortes.
C'est aussi la calamité des mauvaises récoltes qui engendrent la famine (tiens tiens, Follett a oublié la peste ou le choléra mais cela aurait sans doute trop rallongé le roman !).
J'espérais un cours magistral -mais accessible- sur l'Art et la construction des cathédrales et suis déçu du manque de développement de ce domaine.
Dans le genre du roman médiéval, j'ai nettement préféré "le nom de la Rose" (U. Eco) au style plus agréable.
Courage indispensable, il s'agit tout de même d'un pavé de plus de 1 000 pages, ppffftttt que c'est long...

Ecrire un avis de lecture

  • Les champs obligatoires sont marqués avec une *.

Si vous avez des difficultés à lire le code, cliquer sur le code lui-même pour en générer un nouveau.
Recopier le code de sécurité :